Approche



Approche
Le cadre méthodologique comporte dix principes :


1. L'analyse et la reformulation de la demande
2. L’étude documentaire et bibliographique
3. La réalisation d’entretiens
4. L’observation de l’activité et des situations de travail
5. Les auto-confrontations
6. Les questionnaires
7. La validation du diagnostic par le groupe de pilotage
8. La remise du rapport
9. La restitution au personnel
10. La déontologie d’intervention.

Analyse et reformulation de la demande

L’analyse de la demande consiste à définir de façon précise l’objet de celle-ci afin d’identifier les principaux enjeux et permet d’impliquer les différents demandeurs dans la « co-élaboration » du processus d’intervention.

La prise en compte de la diversité des points de vue permettra éventuellement de reformuler la demande à partir des représentations que peuvent en avoir les différents demandeurs et de la situer par rapport à la démarche d’analyse de l’activité et des situations de travail, proposée par l’IRCAF.
La reformulation de la demande permet de l’inscrire dans le contexte de l’entreprise, son organisation, sa situation économique et les contraintes externes auxquelles elle est confrontée.
En relation avec les partenaires de l’intervention, un cahier des charges sera défini et précisera les lieux et les moments de l’observation, le suivi et les formes de restitution, les moyens d’informer le personnel.

Un groupe de pilotage est mis en place pour décider :

  • du champ d’intervention, des modalités pratiques (dates, autorisations) et de leur faisabilité en fonction des réalités de l’entreprise.
  • du choix des personnes et des situations de travail devant faire l’objet d’entretiens et d’observations, en tenant compte des critères proposés par les intervenants et de la nécessaire représentativité des différentes catégories du personnel concerné (cadre, maîtrise, exécution, âge, ancienneté dans l’entreprise et au poste de travail, mixité, fonction).

Etude documentaire et bibliographique

Cette étude permet de prendre connaissance des caractéristiques de l’entreprise (activité, organisation, technologies et techniques utilisées, contraintes économiques, formes du management, climat social, etc.), des évolutions socio-organisationnelles et techniques, du cadre prescrit et réglementaire, des missions des personnels (fiches de postes, consignes, procédures d’intervention, notes de service, règles de sécurité…), des documents relatifs à l’évaluation et à la prévention des risques professionnels.

Une étude bibliographique des principaux travaux, recherches et publications concernant l'objet de l'étude complétera cette phase.

Réalisation d'entretiens

Les entretiens concernent les personnes dont la participation aura été jugée pertinente. Ils permettent d'approfondir les informations relatives aux pratiques professionnelles, au fonctionnement des ateliers et des services, aux procédures concrètes individuelles et/ou collectives souvent inapparentes mises en œuvre par les personnels, pour gérer leur charge de travail et réaliser leur mission.
Le discours recueilli exprime le vécu et la façon dont les personnes ressentent les conditions dans lesquelles elles effectuent leur activité.

Ce recueil d'informations constitue l’un des éléments de compréhension de la façon dont sont ressentis les effets du cadre organisationnel prescrit, notamment la perception des ambiances de travail (bruit, température, toxicité, aération, espace, etc.), des risques quotidiens ou exceptionnels (situations dangereuses, consignes de sécurité). Il est indicatif des contraintes que les agents doivent gérer, des exigences à satisfaire et des stratégies de protection adoptées pour répondre à ces situations. Le récit recueilli, n’est pas seulement informatif, il est producteur de sens et d’intelligibilité des situations de travail. Il témoigne de l’engagement subjectif du personnel dans l’activité.

Les entretiens sont individuels et confidentiels. Suivant les situations, ils pourront également être collectifs et recueillis sur le lieu de l’activité. Ils sont réalisés avec l'accord des personnes désignées.
Des entretiens avec le préventeur (ou le responsable sécurité), le médecin du travail, l’Inspecteur de la CRAM et l’Inspecteur du travail pourront également être réalisés.

Observation des situations de travail

L’analyse des documents et du discours des personnes interviewées sur leur activité, doit être complétée par l’observation en situation de travail afin d'expliciter comment et dans quelles conditions réelles, le travail est réalisé dans l’espace et dans le temps afin d'apprécier leurs conséquences sur les conditions de travail, de santé et de sécurité des salariés.

L'observation est essentielle pour identifier l’activité et évaluer les facteurs sociotechniques et organisationnels déterminant la situation de travail.

L'étude de l’existant et des pratiques informelles individuelles et/ou collectives souvent en décalage avec les règles et les procédures prescrites, produites par les acteurs de l’activité, favorise la connaissance des modes opératoires, des coordinations, des procédures de rattrapage des dysfonctionnements, d’utilisation de l’espace, etc., mis en œuvre dans des configurations concrètes de travail. L’observation est effectuée pendant que le salarié réalise l’activité.

Auto confrontation

L’auto confrontation est un apport méthodologique développé dans le domaine des approches cliniques de l’activité de travail, est utilisé avec profit lorsque les circonstances le permettent.
Lorsque l’implication des différents partenaires le rend possible, l’intervenant construit avec eux les conditions permettant d’engager un processus dynamique d’explicitation et de mise en débat des actes de travail significatifs.
Il expose à des opérateurs volontaires des séquences filmées, choisies en commun, de leur activité de travail, qu’ils acceptent de commenter avec l’objectif d’expliciter à l’intention de l’intervenant leurs choix, leurs gestes et conduites.
Ensemble, on peut ainsi accéder à une vision du travail, à des informations inaccessibles par les méthodes directes.


L'utilisation d'un questionnaire

Suivant l’objet de l’étude, un questionnaire pourra être utilisé pour évaluer quantitativement différents items relatifs aux ressentis de certaines situations de travail ou des données de caractères sociologiques.


La validation du diagnostic par le groupe de pilotage

A l’issue des phases précédentes, l’ensemble des données recueillies (entretiens, observations, auto confrontations) sont présentées au groupe de pilotage pour être validées.
Au terme du diagnostic proposé, il peut-être décidé d’orienter ou réorienter le travail d’analyse conduisant à la confection du rapport et/ou à la rédaction de préconisations.


La remise du rapport

L’IRCAF remettra un rapport constituant la base d’une appropriation collective de l’analyse et des conclusions apportées par l’ensemble des partenaires concernés. Il dégagera des éléments prédictifs de réflexion sur les conséquences possibles, en termes de conditions de travail, de santé et de sécurité et accompagnera les acteurs sur la base de préconisations d’actions ou de réflexions. Il pourra formuler des propositions sur des solutions techniques, organisationnelles ou managériales susceptibles de transformer et d’améliorer les situations de travail.

La remise du rapport fait l’objet d’une restitution orale en réunion. Cette phase est particulièrement importante pour la compréhension des problématiques soulevées par l’étude, des résultats produits et des préconisations avancées.


La restitution au personnel

La restitution au personnel est soumise au groupe de pilotage comme un élément favorisant la mise en œuvre et l’accompagnement des propositions formulées.

Déontologie d'intervention

La Direction est informée préalablement à toute intervention dans l’entreprise. Cette information précise les objectifs de l’intervention, son déroulement et les outils utilisés. Les interventions dans les services se font avec l’accord de la hiérarchie et en tenant compte du fonctionnement des services et des consignes de sécurité.
Les personnes devant faire l’objet d’entretiens et/ou d’observations sont informées au préalable. Elles ont le droit de refuser ou d’interrompre les entretiens et les observations à tout moment et ont connaissance des résultats avant toute diffusion.
L’anonymat des résultats est garanti. L’origine de toutes les opinions et les informations que les intervenants auront à connaître, est confidentielle. Le secret relatif aux technologies, aux procédés de production utilisés et aux produits fabriqués est garanti. Les intervenants devront adopter une position d’impartialité et éviter tout jugement de valeur.
Les résultats de l’étude ne pourront être utilisés à l’extérieur que s’ils représentent un intérêt scientifique ou méthodologique, avec l’accord de l’entreprise, dans le respect du secret professionnel, à l’exclusion de toute utilisation commerciale ou industrielle.